Appel à communications

Le discours rapporté en latin

Colloque biennal du centre Alfred Ernout
organisé par Frédérique FLECK, Michèle FRUYT & Lyliane SZNAJDER

2-4 Juin 2014
Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) (Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006-Paris)
École normale supérieure (45 rue d’Ulm, 75005-Paris)

“Discours rapporté” sera entendu dans une acception large comme désignant l’ensemble des formes de discours autre au sein du discours du locuteur principal (discours direct, indirect, indirect libre, direct libre, narrativisé, modalisation en discours second, échos et mentions…).

À titre indicatif, les participants pourront s’intéresser à l’insertion du discours cité dans le discours citant :

• pour ses caractéristiques morpho-syntaxiques et sémantiques : syntaxe et sémantique des segments enchâssants et notamment des verbes introducteurs, sélection syntaxique et sémantique de la proposition enchâssée entraînée par le choix du verbe introducteur; verbes de parole en incise ou dans une construction au passif personnel; modalités d’insertion du discours cité (ouverture et fermeture) ; marques de dépendance syntaxique du discours enchâssé; temps et modes verbaux; ordre des mots; enchâssements successifs de subordonnées…

• pour ses caractéristiques énonciatives : attitude du locuteur par rapport aux propos qu’il rapporte (adhésion, neutralité, distance, ironie…) et à l’égard du locuteur secondaire; modalités de répartition de la prise en charge des propos rapportés (sur- énonciation et sous-énonciation, on-dit, effets de brouillage énonciatif, prise en charge des choix argumentatifs…); emplois des temps et modes verbaux, des déictiques, des pronoms personnels (réfléchis direct et indirect, ipse…); effets citationnels; indices de discordance énonciative (homogénéité linguistique et stylistique des propos rapportés avec le discours du locuteur principal ou avec celui du locuteur secondaire, marques d’oralité, présence d’îlots textuels)…

• pour la fréquence d’emploi des différents types de discours rapporté et ce qui motive le choix de tel type plutôt que de tel autre : genre littéraire, niveau de langue, souci de fidélité par rapport au discours original…

Ces différents aspects des phénomènes d’hétérogénéité énonciative en latin pourront aussi être étudiés dans leur dimension diachronique.

Veuillez envoyer vos propositions de communication avant le 20 décembre 2013 à : frederique.fleck[at]yahoo.fr, michele.fruyt[at]gmail.com et sznajder[at]worldonline.fr.